Communiqué de presse pour clarifier la position de Bien vivre dans le Gers sur les élevages de poulets Label


Suite à différentes informations publiées par presse ou télévision ces derniers jours concernant un projet d'élevage avicole de type Label, nous tenons à préciser que notre association fait bien la différence avec les élevages industriels (« standard » ou « végétal »).


Nous combattons ces derniers parce qu'il s'agit d'élevages concentrationnaires (24 poulets au m2 contre 10 en Label, poulets enfermés pendant toute leur courte vie, 37 jours contre 81 minimum en Label). Ces élevages sont dangereux pour l'environnement (pollution de l'air, de l'eau et des sols) et la santé humaine. Ils déqualifient et précarisent les éleveurs. Ils sont néfastes à l'image et à l'économie du Gers. La viande produite est vendue chère et est de piètre qualité.


Nous n'avons pas les mêmes craintes pour les élevages de poulets Label et nous faisons confiance, à priori, aux jeunes agriculteurs qui choisissent ce type d'élevage pour le faire dans le respect de l'environnement.


La position de Vivadour et de la préfecture dans le dossier des élevages industriels laissant accroire que les deux types d'élevage sont similaires explique en partie l'inquiétude des riverains. Nous pensons que c'est le rôle des pouvoirs publics de contrôler la légalité de l'installation mais aussi de favoriser le dialogue et, éventuellement, de proposer des aménagements susceptibles de lever les craintes.