Commniqué de presse du 24 novembre 2011


Les poulets industriels vont-ils envahir la rue du Gers à Rungis?


Ce 24 novembre, la filière agro-alimentaire gersoise inaugure à Rungis la rue du Gers.

Volailles festives et fermières, foies gras, dont la production est déjà largement industrialisée, sont mis en avant pour leur qualité et leur saveur, le Gers en tirant sa renommée de terroir d'excellence.

Mais les ambassadeurs gersois que sont Vivadour et l'incontournable André Daguin annonceront-ils à cette occasion qu'au coin de la rue arrivent en embuscade les poulets industriels, quitte à porter un coup fatal à la réputation gastronomique du département ?

En effet, 20 poulaillers industriels de 182.000 animaux chacun soit 3.640.000 par an sont prêts à sortir de terre. Ils amèneront sur les étals et dans nos cantines, notamment scolaires; une viande de piètre qualité et plus chère que ce qui est promis si l'on n'oublie pas de prendre en compte les risques et les coûts pour l'environnement, la santé animale et humaine.

Le Collectif "Bien vivre dans le Gers" comme la majorité des Gersois disent non à ce modèle d'élevage et d'agriculture qu'on leur impose. Ils demandent le retrait des projets en cours ainsi qu'un vrai débat public sur l'avenir agricole du département en véritable adéquation avec les capacités de production du territoire, tout en respectant les agriculteurs. Produire local oui, mais pas dans une logique industrielle pour une alimentation au rabais.

 

Le Collectif "Bien vivre dans le Gers"