Communiqué de presse du 10 novembre 2011


Le 6 novembre, le préfet du Gers a autorisé les deux premiers projets de poulaillers industriels de Vivadour situés à Saint-Elix-Theux et à Lannepax.

Il dit s'être appuyé sur l'enquête du Conseil Général de l'Agriculture dont il avait limité la mission au seul aspect économique de ces projets, occultant leurs impacts environnementaux et sanitaires.

N'ayant consulté que les structures soutenant l'aviculture industrielle, rien d'étonnant à ce que l'avis rendu soit favorable.

Le préfet aurait obtenu de Vivadour le gel temporaire des autres projets. Il nous a proposé la mise en place d'une plate-forme de réflexion sur l'avenir de la filière avicole gersoise avant de continuer à examiner la création de nouveaux sites de production.

Étrange conception du débat démocratique que de décider avant de lancer la discussion.

Les 17 organisations du collectif « Bien vivre dans le Gers » s'engagent à mettre en place le débat public qui leur a été refusé. Elles sont déterminées à activer tous les moyens utiles, y compris la procédure juridique, pour faire échec à ces projets qui constitueraient une dérive industrielle néfaste pour les agriculteurs et l'ensemble des gersois.